Blog
< Retour à la liste
28/05/2019

Pourquoi et comment valoriser son entreprise ?

Ouverture de capital

Il s’agit de donner une valeur aux titres d’une entreprise afin d’en estimer son prix sur le marché dans le cadre d’une levée de fonds (voir article pourquoi et comment ouvrir son capital).
Il existe de nombreuses méthodes de valorisation et énormément d’éléments à valoriser dans une entreprise. Cela est d’autant plus vrai que l’entreprise est installée sur un secteur d’activité connu. Ainsi une startup ne sera pas valorisée de la même manière qu’une entreprise installée et en croissance.
Ces méthodes ont donc toutes leurs spécificités qui les rendent applicables selon des cas bien précis.

 

Pourquoi valoriser son entreprise ?

La question est légitime et la réponse est simple.

Prenons l’exemple d’Anaïs qui crée une startup au capital de 15 000€ (15 000 actions de 1€).

12 mois plus tard, son entreprise s’est développée rapidement (brevet déposé, recrutement d’une équipe complémentaire, premiers clients, traction importante, potentiel marché important et à l’international). Anaïs souhaite ouvrir son capital et ainsi permettre l’accélération de son business.
Logiquement l’entreprise n’a plus la même valeur qu’à la création et vaut plus. Il faut donc la valoriser avant d’ouvrir le capital à un tiers.

Ouvrir son capital consiste à « céder » une partie de la propriété de l’entreprise à un tiers (Business Angel ou fonds d’investissement par exemple).

Pour pouvoir « céder » une partie du capital de l’entreprise, il faut pouvoir déterminer une valeur.

 

C’est quoi la différence entre valeur nominale et valeur pre-money ?

La valeur nominale est la valeur unitaire d’une action (ou part sociale) à la création de l’entreprise. Dans l’exemple de la société d’Anaïs, la valeur nominale de l’action est de 1€.

La valeur pre-money est la valeur de l’entreprise à l’instant t avant la levée de fonds.

 

Comment valoriser son entreprise ?

Valoriser son entreprise répond à la question : « quelle peut bien être la valeur pre-money de mon entreprise à l’instant t ? »

Il existe pléthore de méthodes qui peuvent être simples ou au contraire être complexes et, qui ont toutes leurs avantages et inconvénients.

Parmi les méthodes les plus connues, il existe notamment :

La méthode patrimoniale

Elle a la particularité de se baser sur une photographie du bilan. Elle vise à évaluer les actifs de l’entreprise (ce qu’elle possède) et à en soustraire la valeur de ses dettes pour obtenir l’actif net.

Le prix est calculé à partir de la valeur des biens inscrits au bilan moins le montant des dettes, c’est l’actif net comptable.

La facilité de mise en œuvre est l’avantage principal de cette méthode. Elle permet une discussion, voire une négociation sur les valeurs des biens en question. En revanche, elle ne prend pas en compte le potentiel économique de la société.

Elle est plutôt bien adaptée aux entreprises œuvrant sur des marchés stables et possédant des actifs conséquents.

La méthode des Discounted Cash-Flow (ou DCF)

Cette terminologie anglophone s’allie à quelques formules mathématiques alambiquées. Mais le principe reste simple.

Votre BP propose des projections à 3 ou 5 ans, notamment avec la variation des flux de trésorerie (cash-flow). La méthode DCF consiste à utiliser ces informations de flux actualisés pour identifier la trésorerie que générera l’entreprise dans les prochaines années.

La seule complexité réside dans le fait qu’un taux d’actualisation est appliqué à ces flux. « Actualiser » signifie que le facteur risque est pris en compte ainsi que le facteur temps (il n’est pas équivalent de percevoir un flux de trésorerie tout de suite ou dans 2 ou 3 ans).

Au final, la valeur de l’entreprise est égale à la somme des flux de trésorerie actualisés qu’elle va générer dans le futur.

La méthode des multiples

La méthode par les multiples permet d’évaluer une entreprise par comparaison avec d’autres sociétés.

La valeur de l’entreprise est estimée à partir d’un échantillon de sociétés qui lui sont similaires en terme d’activité et de performance. Pour chaque société de l’échantillon, un multiple est calculé en rapportant la valeur à un solde financier. Le multiple moyen est ensuite appliqué au solde de l’entreprise afin d’en estimer la valeur.

Il existe 2 types de multiples :

  • le multiple du résultat net appelé PER ou P/E qui est un ratio entre la valeur de marché des capitaux propres et le résultat net. Ce multiple prend en compte la structure financière de l’entreprise et permet donc d’obtenir directement la valeur des capitaux propres,
  • et les multiples des soldes financiers qui sont des ratios entre la valeur de marché de l’entreprise et le solde considéré (CA, EBITDA, EBIT, FCF).

 

Vous l’aurez compris, il est donc possible de valoriser une entreprise :

  • en priorisant son passé : l’exemple de la méthode patrimoniale,
  • en priorisant les projections futures : l’exemple de la méthode des Discounted Cash Flow,
  • en priorisant l’instant t par comparaison à d’autres entreprises : l’exemple de la méthode des multiples.

Il est donc tout à fait courant d’estimer une valeur d’entreprise en utilisant plusieurs méthodes, pour affiner un intervalle de prix.

 

Comment valoriser une startup ?

Pour les startups, le passé ne permet pas une analyse fine et les projections sont parfois difficilement justifiables. Dès lors les méthodes traditionnelles de valorisation ne sont plus adaptées.

Dans la situation d’une startup, l’objectif du dirigeant va être de contrôler la dilution en contrepartie d’un montant investi.

L’investisseur n’a pas vocation à prendre le contrôle de l’entreprise.

Il est généralement admis que 15 à 30% du capital sera « lâché » pour le montant à lever.

Ce mode de calcul est couramment utilisé et permet de déterminer la valeur post-money de l’entreprise et donc de déduire la valeur pre-money.

Vpost-money = Vpre-money + investissement

Reprenons l’exemple de la société d’Anaïs.
Elle a estimé son besoin financier (voir article comment déterminer une besoin financier) à hauteur de 250k€ et accepte de « lâcher » 22.7% de son capital.
Si 250k€ représentent 22.7% du capital, alors la totalité du capital est estimé à 1.1M€, soit la valeur post-money.
La valeur pre-money est donc à hauteur de 1.1M€-250k€ = 850k€.

En résumé, la société a augmenté sa valeur de 850k€-15k€ = 835k€ en 12 mois.

 

En bref, quel est l’intérêt de valoriser son entreprise ?

Financer la croissance (et donc séduire des partenaires financiers tiers), est crucial pour beaucoup d’entreprises. Dans le cas d’une levée de fonds, il s’agit d’ouvrir son capital pour permettre à un ou plusieurs investisseurs d’apporter de l’argent sous forme d’augmentation du capital (cash in).

La valorisation est une étape clé de ce processus. Elle consiste à déterminer un prix de marché de l’entreprise, servant ainsi de base de négociation avec les investisseurs.

Il est important de rester pragmatique : il y a pléthore de méthodes qui peuvent amener à des montants très différents. La tentation de la sur-valorisation est grande, surtout dans le cas de jeunes startups.

Il ne faut pas oublier qu’ouvrir son capital, c’est certes analyser les conditions d’entrée des investisseurs, mais également analyser les conditions de sortie à échéance (5/7 ans). Une sur-valeur à l’entrée, peut engendrer des difficultés de rachat d’actions / parts à échéance.

 

 

Suggestion d'article(s)
Un projet ?
Une question ?

N’hésitez pas à nous contacter au 06 37 86 26 62 (du lundi au vendredi de 9h à 18h) ou à nous laisser un mot :

41, Boulevard de Valmy
59650 VILLENEUVE D'ASCQ